Profession Graphiste

Le métier de Graphiste est souvent un des plus mal compris. À la recherche d'un graphiste ? suivez le guide et ne vous fiez pas aux apparences. 


Besoin d'un nouveau site Internet ? vous recherchez un graphiste pour le réaliser. Besoin d'une vidéo ? vous avez besoin d'un graphiste… Besoin d'un boucher ? vous avez donc tout autant besoin d'un graphiste…

S'il y a des articles sur lesquels nous pouvons nous faire haïr, en voilà un…

Non, un graphiste ne fait pas de site internets, ne fait pas de vidéos et n'est pas plus boucher. C'est aussi simple que cela.

Le graphiste n'est pas l'Homme à tout faire. Il ne rédigera pas vos contenus (il faut un rédacteur), ne fera pas de traductions (il faut un traducteur), ne fera pas le réglage de vos noms de domaines (il faut un administrateur réseau), ne dessine pas (il faut un illustrateur), ne prend pas de photos (il n'est pas photographe) et ne fera pas la boucherie (il faut un boucher).

Ceci vous semble ridicule ? Pas tant que cela. Aujourd'hui de nombreux graphistes sont confrontés à de telles demandes (excepté la boucherie, bien sûr). Ces demandes ne semblent pas si absurdes aux yeux de ceux qui les font. Revenons un peu sur ce métier.

Un graphiste

Un graphiste est une personne sachant faire véhiculer vos messages en utilisant la typographie, des signes, des images, la mise en page. Son travail repose essentiellement en la traduction visuelle des mots, textes, connotations que vous souhaitez véhiculer, en fonction du support et des contraintes du support.

Certains graphistes sont orientés « print » (impression) et d'autres « digital » (web, multimédia). Certains maîtrisent les deux aspects, mais pour beaucoup d'entre eux, ce sont deux métiers distincts avec des contraintes radicalement différentes.

Souvent, nous avons tendance à mélanger le support et le contenu. Il est important de savoir où commence et où s'arrête son métier.
Pour le « print », le graphiste n'imprime pas : le support papier est géré par un imprimeur, qui sait régler ses machines, jouer sur les qualités de papier, le volume, etc. Le graphiste est conscient des problématiques de l'imprimeur et adapte ses créations en fonction. Néanmoins, ce n'est pas le graphiste qui imprime, il donnera cet ordre à un imprimeur.
Pour le « web », le graphiste ne fais pas de site Web ! Le graphiste « web » connaît les contraintes de l'intégrateur web, du développeur web, du chef de projet, et adapte ses créations en fonction. En aucun cas il ne réalise le site. Ce n'est pas son métier.

Méfiez vous : du « graphiste » de l'imprimeur. Ce n'est souvent (pas tout le temps) qu'un metteur en page, un executif technique. Hors de question de lui faire réaliser une création graphique ! Demandez son book avant toute réalisation. Négociez avec la personne et pas avec l'entreprise.

Les goûts et les couleurs… NON

Le graphisme n'est pas une question de goût.

« J'aime » et « j'aime pas » sont des phrases proscrites.

Si un graphiste vous propose une charte graphique, un logo, une mise en page, c'est que (normalement) elle a été réfléchie en fonction de votre discours marketing. C'est le brief initial que vous faites au graphiste qui est, dans la relation avec le graphiste, le plus important. Plus vous lui ammenez d'éléments d'intention à véhiculer, plus vous êtes précis sur vos objectifs, la cible à atteindre, les connotations à véhiculer, plus le résultat sera en adéquation avec votre objectif.

Si vous avez une charte graphique, c'est le moment de vous en servir.

S'il s'agit de vos premières réalisations graphiques, commencez par demander un devis de logo et une charte graphique. Cela réduira significativement le coût de toutes les prochaines réalisations.

Plusieurs propositions

Demander à un graphiste de faire plusieurs propositions est un non-sens, tout comme vous n'iriez pas dans un restaurant essayer tous les plats pour finalement n'en payer qu'un.

Alors pourquoi demander plusieurs travaux à un graphiste pour n'en sélectionner qu'un seul ? Surtout, qu'encore une fois, ce n'est pas une question de goût.

Ceci peut être difficile à admettre, mais si vous faites appel à un graphiste, c'est que vous n'êtes, à priori, pas à même de juger du résultat. La question n'est pas de savoir si cela va vous plaire, mais de savoir si cela correspond à vos objectifs.

Nous avons des exemples, bien choisis (leboncoin.com, craigslist.com) où vous n'oseriez pas dire que des graphistes travaillent réellement, tellement le résultat peut paraître amateur. Cet amateurisme est en fait un graphisme bien pensé, qui correspond parfaitement à l'attente des clients. Si craigslist.com était un site classieux, pensez-vous que le client y posterait une annonce pour y faire de bonnes affaires ? Donc, bravo le graphiste.

De la même manière qu'un graphiste ne pourrait pas juger votre capacité à gérer votre entreprise, vous ne pouvez pas juger de sa capacité à véhiculer votre message. Dans ce cas, comment pourriez-vous choisir entre plusieurs propositions ?

Ce cas de figure est pourtant très courant et à éviter à tout prix. Faire le choix c'est tenter de s'approprier son travail, d'y mettre « du sien » ou « sa patte ». Ce que de nombreux clients oublient cependant c'est que la « patte » du client, le choix du client, l'identité du client, existe bel et bien, le client en est à l'origine car tout est dans le brief initial !

Evitons donc les « faites-nous trois propositions, nous choisirons ». D'un point de vue technique, c'est aussi impossible. Si le graphiste prend une direction et fait des choix en fonction de vos demandes et objectifs, pour trouver le meilleur résultat possible, nous ne pouvez pas lui demander de revoir complètement son jugement deux fois de suite, et de changer de raisonnement autant de fois.

Si un graphiste vous propose d'emblée 10 logos différents à choisir, c'est qu'il ne sait pas ce qu'il fait… fuyez ! NDLR : nous n'avons définitivement pas peur de nous faire haïr, ni par les entreprises, ni par les graphistes…

Si toutefois vous souhaitez réellement des approches différentes, demandez à trois graphistes, ou bien, d'une manière ou d'une autre, le graphiste sous-traitera deux des trois propositions à deux autres graphistes. Bien sûr, n'oubliez pas que tout travail doit être payé.

Il est concevable, dans une telle démarche, que vous conveniez qu'un des graphistes vous ait mieux compris qu'un autre.

Un peu de savoir-vivre

Souvent, de grosses entreprises, surtout, ont des comportements complètement inadmissibles.

Entre les « concours de graphistes » où l'on demande sur facebook la création d'un logo ou d'un visuel à des centaines de graphistes avant d'en choisir un (les autres n'étant pas payés bien sûr) et les propositions du type « c'est un essai, si cela marche on vous donne du travail par la suite », de nombreux comportements sont inadmissibles et contre-productifs.

Demander un logo à 50 € vous semble ridicule… mais pas pour de nombreux autres qui n'hésitent pas à faire ce type de démarche. 50€ c'est le coût horaire d'un graphiste (on table sur une moyenne de 450 € la journée pour une graphiste sérieux, sur Paris et région parisienne). Si votre logo ou votre publication est fait en une heure, ne vous demandez pas pourquoi cela n'ira pas.

Jamais, au grand jamais

Se faire haïr, deuxième partie.

  • wilogo.com : exploitation, esclavagisme, casser le marché, détruire votre image de marque.
  • freelogoservices : idem
  • monlogoperso.be : choisir soi-même sont identité visuelle, se faire confiance autant qu'à un professionnel et bien sûr ressembler à tout le monde dans la médiocrité.
  • logogenie.fr : faites le voeu de ne ressembler à rien.

Le Graphisme n'est pas à la portée de tous !

… et ce n'est pas du coloriage sur Photoshop.

Ces problèmes sont souvent liés au fait que de nombreuses personnes considèrent le graphisme comme de « l'amusement informatique ». Or, nous ne sommes pas un mercredi après midi de maternelle où nous faisons des dessins sur un ordinateur. Souvent, certains pensent que si ils savaient utiliser Photoshop, ils feraient cela eux même, or il n'en n'est rien !

Le travail de graphiste requiert une petite part de maitrise d'outils techniques, mais surtout de nombreuses années de formation continue et de pratique, une connaissance de la psychologie, des connotations, de la typographie, des formes, et de tout ce qui a trait à l'impact cognitif et comportemental de vos cibles client.

Un marché difficile

Le problème souvent rencontré par les clients revient au choix d'un BON graphiste. En réalité, le marché du graphisme est tellement pollué par de faux-graphistes, qu'il est réellement difficile d'en trouver de bons.

Ceci peut certainement s'expliquer par cette «sensation de maîtrise» que ressentent certains à se dire « je sais utiliser photoshop donc… » et bien non.

Peut être qu'un des critères principaux à retenir est qu'un bon graphiste n'est souvent juste que graphiste. Sinon, il vous préciserait ses autres compétences. C'est un peu comme une carte de restaurant : peu de produits signifie souvent de la qualité maîtrisée, trop de produits est synonyme de congélation ou de nourriture avariée.

Bien sûr nous connaissons quelques moutons à cinq pattes, graphistes ET autre chose, qui justifient aussi de dixaines d'années d'expérience. Mais force est de constater que le plus sage reste de recruter un graphiste pour ce qu'il est, un graphiste et surtout pas pour une polyvalence qui ne saura masquer qu'une légerté sur tous les domaines qu'il abordera.

comments powered by Disqus